mardi 5 juillet 2011

Through H.

Peter Greenaway, A Walk through H, 1978.

Une conception cartographique est très distincte de la conception archéologique de la psychanalyse. Celle-ci lie profondément l'inconscient à la mémoire: c'est une conception mémorielle, commémorative ou monumentale, qui porte sur des personnes et des objets, les milieux n'étant que des terrains capables de les conserver, de les identifier, des les authentifier. D'un tel point de vue, la superposition des couches est nécessairement traversée d'une flèche qui va de haut en bas, et il s'agit toujours de s'enfoncer. Au contraire, les cartes se superposent de telle manière que chacune trouve un remaniement dans la suivante, au lieu d'une origine dans les précédentes: d'une carte à l'autre, il ne s'agit pas de recherche d'une origine, mais d'une évaluation des déplacements. Chaque carte est une redistribution d'impasses et de percées, de seuils et de clôtures, qui va nécessairement de bas en haut. Ce n'est pas seulement une inversion de sens, mais une différence de nature: l'inconscient n'a plus affaire à des personnes et des objets, mais à des trajets et des devenirs; ce n'est plus un inconscient de commémoration, mais de mobilisation, dont les objets s'envolent plus qu'ils ne restent enfouis dans la terre. Félix Guattari a bien défini à cet égard une schizo-analyse qui s'oppose à la psychanalyse: "Les lapsus, les actes manqués, les symptômes sont comme des oiseaux qui frappent du bec à la fenêtre. Il ne s'agit pas de les interpréter. Il s'agit plutôt de repérer leur trajectoire, pour voir s'ils peuvent servir d'indicateurs de nouveaux univers de référence susceptibles d'acquérir une consistance suffisante pour retourner une situation". La tombe du pharaon, avec sa chambre centrale inerte au plus bas de la pyramide, fait place à des modèles plus dynamiques: de la dérive des continents à la migration des peuples, tout ce par quoi l'inconscient cartographie l'univers.

Gilles Deleuze, Ce que les Enfants Disent in Critique et Clinique, Éditions de Minuit, 1993, p.83-84. 

Le film est consultable ici.

1 commentaire:

weaponizedarchitecture a dit…

Bonjour,

N'ayant pas reussi a trouver votre/ton adresse email ni votre/ton nom, j'ecris ici pour vous/te dire que Bourbakisme a desormais un lien sur le Funambulist et que je serai tres content d'echanger avec vous/toi a la vue des sujets communs que nous comptons tous deux sur nos blogs respectifs.
J'aimerais avoir plus de temps pour lire vos/tes articles mais tacherai desormais de le faire de maniere plus systematique.

Bravo et a bientot

Leopold Lambert
The Funambulist

Enregistrer un commentaire